Diplômé de la Haute Ecole des Arts du Rhin.

Vit et travaille à Strasbourg.

« Au loin, s’amoncelle une forme, une structure proprement imperceptible. Une chimère vers laquelle notre esprit nous emmène, une image en transparence. À son approche on la devine, on dessine alors ses contours sans dévoiler tout à fait sa matière. Cette notion du simulacre dévoyé dans l’œuvre sculpturale de Océan Delbes est née de l’envie de découvrir le désert et ses mystères, représentés par le phénomène des mirages. Prendre le vide comme base de toute perception pour appeler le spectateur à éprouver l’espace et pressentir les formes. Dans une harmonisation de la matière avec l’esprit, l’artiste dompte les techniques liées au matériau afin de faire corps avec lui. Rencontres et apprentissages jonchent le chemin d’Océan qui au contact d’ouvriers et d’artisans affine sa maîtrise et se joue des perturbations dues au caractère imprévisible des paramètres extérieurs. Océan Delbes se joue de la perception du regardeur, il anoblie les matières dites «pauvres», domestiques comme le papier toilette ou la maïzena qu’il travaille selon la technique du crépi. Le spectateur se retrouve alors induit en erreur quant à son présupposé. Nos songes et nos sens sont des leurres mémoriels. Ils brassent notre imaginaire composé à la fois d’images réelles et virtuelles. Au travers de cette idée Océan Delbes développe dans ses travaux cette notion du faux, de l’artifice qui « reproduit et dénature » pour installer « un objet factice qui travaillerait notre mémoire ». »

 

Texte du Collectif Embrayage

Livret d'exposition
Instagram
  • Instagram